Constructions anciennes | Voyageautibet.com
AccueilAperçu du TibetConstructions anciennes

Constructions anciennes

Les constructions anciennes du Tibet comprennent les palais,les tombeaux,les mines de constructions antiques,les anciens manoirs des aristocrates,les monastères,etc. 

1)Palais
Potala
Le Potala,l’un des premiers monuments historiques placés sous la protection particulière de la Chine,est un ensemble d’édifices en forme de château antique,le plus grand et le plus intact. situé à la plus haute altitude dans le monde. Il est le symbole de Lhassa voire du Tibet et constitue le monument de l’architecture antique des Tibétains. En décembre l 994,le Potala a été inscrit officiellement dans le « Catalogue du patrimoine culturel mondial » par l'UNESCO.
Le Potala s’étale sur la pente sud de la colline Rouge jusqu’au sommet. Large en bas et étroit en haut,il forme un bloc sans fissure et très imposant. Ses murs rouge et blanc et ses toits dorés sont magnifiques sous le ciel azuré et les nuages blancs-Le Palais, haut de ll9m,large de 350 m d’est en ouest et profond de 270m du sud au nord,a une superficie bâtie de 130 000 m2;en y ajoutant le mur d’enceinte avant et le jardin Zonggyob Lukang(étang du roi des Dragons en tibétain)derrière la colline,il couvre une superficie totale de 360 000 m。.
La colline Rouge(« Mapori »en tibétain)est nommée « deuxième mont Putuo » dans les canons du bouddhisme tibétain et aussi « mont Potala ». Le « Potala » en tibétain  est la translittération de « Putuo » en sanscrit et la traduction libre de « mont Chizhou » (endroit où résidait le bodhisattva Avalokitesvara). Si le palais fut baptisé « Potala », c’est que le bouddhisme tibétain considérait le dalaï-lama comme l’incarnation  d’Avalokitesvara. Le Potala est aussi appelé en tibétain « Zibugtala »(« zi » signifie « suprême », « sommet » ou « le plus distingué », « Pogzhang Potala » ou  « Zipogzhang »  signifie le palais). On l’appelle simplement « Potala ». 
La construction du Potala date des années 30 du 7e siècle. Selon des livres historiques en chinois et en tibétain, peu après le transfert de la capitale de la région reculée de Shannan à Luosuo (aujourd'hui Lhassa),au nord,le roi des Tubo, Songtsan Gmnbo, homme de tête et grand stratège, construisit le palais royal au sommet de la colline Rouge.Après avoir épousé la princesse Wencheng  des Tang.Songtsan Gambo fit construire une cité pour elle. On dit qu’on bâtit sur la colline Rouge un  palais de 999 pièces;en y ajoutant le plais construit  au sommet de la colline,le nombre de salles dépassait l 000. On construisit aussi des remparts dont chacun des quatre côtés était long de 500 m et avait une porte surmontée d’une tour de guet. Au cours de la seconde moitié du 8e siècle, le palais fut incendié par la foudre, à la fin du royaume de Tubo, il fut détruit par des guerres. Seuls la grotte du « Roi de la loi » et le palais Pagbalhakang subsistent jusqu à aujourd’hui.
Le Potala existant, qui se compose du palais blanc et du palais rouge, fut reconstruit et élargi sur les ruines depuis le 8e siècle. Le 5e dalaï-lama, Lobsang Gyatso, ordonna,  après son instauration au pouvoir au printemps de l645, de le reconstruire. En l653, le 5e dalaï-lama se rendit à Beijing, ll fut reçu en audience par l’empereur Shunzhi des Qing et reçut l’année suivante le titre honorifique conféré par l’empereur. Aprés son retour à Lhassa, il déménagea du monastère de Drepung au palais blanc du Potala nouvellement reconstruit. En l690, 8e année du nirvana du 5e dalaï-lama, Dyse Sanggyai Gyatso ordonna de démolir une partie des vieilles maisons pour construire le palais rouge qui servirait à abriter le stoupa. Pour ces  travaux, il mobilisa plus de 7 000 personnes y compris différents artisans et 2, 134 millions de taels d’argent. L’empereur Kangxi des Qing choisit 114 artisans habiles han et mandchous pour prêter main forte , et le Népal envoya aussi des artisans à Lhassa. En l693, le palais rouge fut achevé. L'inauguration solennelle eut lieu le 20 du 4e mois du calendrier tibétain. Une stèle commémorative sans inscription fut dressée devant le palais. Depuis lors, la structure de l’ensemble de bâtiments est restée inchangée pour l’essentiel.
Partant de la place du Potala vers le nord et passant par le portail de pierre, on peut accéder à l’intérieur de l’enceinte du Poala. Si on continue à avancer vers le nord, on trouve un chemin à marches de pierre large et zigzagant, menant au palais. Montant les marches, on voit les portes est et ouest du Potalas. La porte est, nommée Puncogdonam  est l’entrée principale. Derrière, un escalier mène à Deryamshag, une terrasse d’une superficie de l 600 m2 ,devant la porte principale du palais blanc», qui était auparavant destiné spécialement à la distraction des dalaï-lamas et autres lamas  supérieurs et membres de la noblesse qui y assistaient à l’opéra tibétain et aux spectacles de danses et chants.   Des côtés sud et nord de la terrasse, on trouve des galeries et des côtés  est et ouest, d’anciennes écoles des chefs religieux. À l’ouest se trouve l’accès du palais blanc.
Le palais blanc se trouve à l’est  du palais rouge, ll se compose de la salle est de la salle de la Lumière du Soleil, des chambres à coucher du prince régent et des maîtres enseignant les canons bouddhiques et des bureaux du Kashag(gouvernement local) 
La salle est(Coqenxag en tibétain)est la plus grande du palais blancs réservée aux activité s politiques et religieuses importantes. Après que le 5e Dalaï-lama eut reçu en 1653 le titre honorifique conféré par l’empereur Shunzhi des Qing, les cérémonies d’intronisation des dalaï-lamas  successifs de remise de titres officiels et les discussions des affaires administratives importantes se tinrent dans la salle est sous la présidence du commissaire impérial. Le trône du dalaï-lama est à l’extrémité nord de la salle et au-dessus du trône est suspendue une tablette sur laquelle on lit « Redressement » de la localité et pacification de la région frontalière, rédigée par l’empereur Tongzhi des Qing. Les fresques de la salle sont magnifiques dont deux en particulier l’une décrivant la légende de la transformation du singe en homme, l’autre racontant l’histoire de la princesse Jincheng.
La salle de la Lumière du Soleil est au-dessus de la salle est, à l’étage supérieur du palais blanc.Elle se divise en deux parties est et ouest qui sont des chambres à coucher.  La chambre ouest fut construite sous le règne du 5e Dalaï-lama et la chambre est, aux dernières années du 13e  dalaï-lama. La salle de la Lumière du Soleil était l’endroit où le dalaï-lama vivait, travaillait, donnait audience, étudiait les canons et menait des activités bouddhiques, sauf en été et en automne où il était souvent au Norbulinka. Le 13e dalaï-lama logeait dans la chambre ouest et le 14e dans la chambre est. La salle de la Lumière du Soleil est conservée jusqu’à maintenant et on voit la statue en or du Bouddha, la statue en jade d’Avalokitesvara des piles de livres bouddhiques des porcelaines anciennes une pendule étrangère, une théière en or, des bols de jade et de la literie de brocart intacte.
Le palais rouge était destiné à abriter des statues du Bouddha et des divinités et aux cérémonies religieuses. Les stoupas des dalaï-lamas ainsi que des temples constituent sa partie principale.
Dans le palais, on compte huit stoupas dont ceux des 5e dalaï-lamas sont les plus somptueux. On y trouve aussi de nombreux objets anciens et objets d’artisanat précieux tels que des édits impériaux, des documents de nomination, des sceaux et des cadeaux des, empereurs des dynasties des Ming et des Qing,des sculptures exquises et des livres classiques rares,ainsi que des statues et portraits des bouddhas,des tanka,des objets employés aux cérémonies bouddhiques et des objets rituels. Le « Tableau de la construction »,une série de fresques dans la galerie du cinquième étage du palais rouge, décrit en images la construction du Potala. Le stoupa du 5e dalaï-lama et la salle qui l’abrite sont au quatrième étage du palais;l’énorme stoupa doré de 14,85 m se trouve dans une immense salle dont la hauteur équivaut à un bâtiment de cinq étages. Il s’agit du plus grand stoupa du Potala. Le nom du stoupa est en tibétain « Zhainbuzhubyisi ». Ce qui est comparable à l’envergure de la salle de stoupa du 5e dalaï-lama,c’est celle du 13e dalaï-lama. Appelée « Gerlhaidunjor ». Haute de 14 m,elle fut mise en chantier en 1934 et achevée en trois ans.Sur les murs, une série de fresques dépeint toute la vie du 13e dalaï-lama dont les épisodes concernant l’audience donnée en 1908 à Beijing à ce dernier respectivement par l’empereur Guangxu et l’impératrice Cixi des Qing.
Située à l’est de la salle des stoupas et d’une superficie bâtie de 680 m2,la salle ouest(en langue tibétaine Sixipuxmog)est la plus grande du palais rouge et même du Potala et la salle où est installée la tablette commémorative du 5e dalaï-lama. L'oeuvre « Le 5e dalaï-lama se présente devant l'empereur Shunzhi », un ensemble de fresques sur la paroi est décrivent les scènes suivantes:l’empereur envoie son représentant l’accueillir, le 5e  dalaï-lama arrive dans la capitale en palanquin jaune avec l’autorisation spéciale de l’empereur pour se présenter à l’audience impériale,le 5e dalaï-lama et sa suite se promènent, se divertissent et vont au théâtre. Dans la salle ouest, on trouve aussi une paire de grands rideaux magnifiques tissés de fils d’or accordés par l’empereur Kangxi en l696 pour célébrer l’achèvement des travaux du palais rouge. Le panneau accroché à l’intérieur fut accordé en l760 par l’empereur Qianlong:il porte l’inscription d’or « Yonglianchudi » (lieu sacré du lotus flottant). Au-dessous est installé le trône du dalaï-lama- trône du lion intrépide.
La salle des Trois Mondes(en tibétain:Samsungnamgyai)est la plus haute du palais rouge,et a une signification spéciale au Potala. On y trouve  une tablette portant une inscription en langues han,tibétaine,mandchoue et mongole: « Longue vie à notre empereur ». Le premier de l’an du calendrier tibétain, le dalaï-lama conduit les hauts fonctionnaires du Kashag  et les Kainbo des trois grands monastères dans la salle où ils se prosternent devant la tablette. À l’ouest de Ia salle est installée une statue du Bodhisattva à onze visages et mille bras,faite de plus de 10 000 taels d’argent sur l’ordre du 13e dalaï-lama.
Des premiers édifices du Potala, on ne trouve plus actuellement que le Qoigyichubpo et le Pagbalhakang. Le Qoigyichubpo est la grotte du roi du Dharma(de la Loi)d’une  superficie de l’ordre de 27 m2,  creusée au sommet de la montagne où le roi du Dharma  méditait. On y trouve des statues colorées de  Songtsan Gambo, des princesses Wencheng et Trisun, deGarTongtsan, deTomeSanbozhu  et d’autres. On dit que ce sont des oeuvres de la période de Tubo et que les fours, les  marmites en pierre et les mortiers en pierre  sont des ustensiles utilisés par Songtsan Gambo. Le Pagbalhakang est aussi appelé salle du Bodhisattva, située en haut de la grotte du roi du Dharma. La salle a été reconstruite plusieurs fois. Le panneau au-dessus de l’entrée de porte I’inscription « Futianmiaoguo » (terre bénie aux fruits miraculeux), de la main de l’empereurTongzhi. On y offre des sacrifices au puissant bouddha Pagpa Lobsang Xiaran,qui est le protecteur spirituel de Songtsan Gambo selon la légende. 
Le toit doré de la salle des stoupas des 7e ,8e et 9e dalaï-lamas, celui de la salle du stoupa du 5e  dalaï-lama,celui de la salle du stoupa du 13e  dalaï-lama, celui du Pagbalhakang et du Lamelhakang forment un ensemble doré magnifique et ondulant du Potala.Le toit doré  des grandes salles est de style xieshan(quatre versants soutenus par un dougong),soit  un système de consoles insérées entre le sommet de la colonne et la traverse. Les salles de stoupas ont des faîteaux ornés de décorations en forme de cloche à socle en forme de lotus;les quatre angles retroussés sont ornés d’une tête de capricorne‘ Les toits dorés du Pagbalhakang et du Lamelhakang sont hexagonaux et sans crête centrale.
Le Potala est un trésor qui abonde en objets anciens et objets d’art précieux. De nombreuses fresques,dont les peintures sont composées en général d’or,d’argent,de Derles et de pierres précieuses ont un aspect imposant et des couleurs vires. Les tanka conservés au Potala sont de l’ordre de 10 000,dont la plupart sont des oeuvres de peintres renommés de diverses écoles de peinture tibétaine des dynasties des Ming et des Oing. Les abondants documents historiques conservés au Potala sont bien xylographiée. Ou soigneusement écrits à la main,et beaucoup d’entre eux sont uniques. Les soutras transcrits sur des feuilles(pattra)et venus de l’Inde dépassent la centaine de tomes,soit  plus de la moitié de la collection totale de la Chine. Certains d’entre eux ont même une  histoire de plusieurs milliers d’années. Parmi les documents uniques manuscrits, certains sont réalisés en poudre d’or et d’argent, certains sont en caractères en relief. Le « Gangyur » du Tripitaka tibétain,par exemple,est réalisé avec une encre composée de huit éléments : or, perle,turquoise,argent,corail,fer,cuivre et conque marine blanche,et sur le papier tibétain spécial qui est anticorrosif, antiseptique, hydrofuge, solide et flexible;les caractères nets et clairs sont agréables à voir.
Le Potala est une grande oeuvre du peuple travailleur tibétain. D’une signification culturelle extrêmement riche et traduisant les fruits artistiques et les acquis scientifique et techniques des Tibétains dans les domaines de la construction,de la sculpture,de la  peinture et du forgeage des métaux,cet édifice gigantesque est un digne musée des  réalisations scientifiques,techniques et culturelles de l’antiquité du Tibet,témoignant de la longue histoire d’étroits échanges économiques et culturels entre les Tibétains et les  autres communautés ethniques du pays et enregistrant fidèlement les relations inséparables  entre les autorités locales tibétaines et le gouvernement central chinois du pays. Potala est non seulement la fierté du peuple tibétain,mais aussi de toute la nation chinoise.
Du printemps 1989 à l’été 1994, le gouvernement chinois a affecté 55 millions de yuans à la réfection générale du Potala. Ces dernières années,certaines parties non réparées auparavant présentent, à différents degrés, un danger de détachement ou de fissure,de vermoulure du bois et d’endommagement des fresques, ce qui a attiré l’attention de l'Etat. En juin 2001, le Comité central du PCC et le Conseil des affaires d’État ont inscrit les travaux de réfection du palais Potala parmi les importants projets au Tibet. Le 26 juin 2002,les travaux de protection et de réfection du Potala,du Norbulinka et du monastère de Sagya,trois importants monuments historiques, ont été officiellement mis en chantier. Ces travaux dans lesquels l’État a investi 333, 3 millions de yuans dureront cinq ans. Lors de la deuxième réfection générale du Potala,on respecte le principe consistant à conserver sa physionomie originale. En faisant valoir la technique traditionnelle des artisans tibétains habiles, on met l’accent sur la consolidation des bases du Potala,la réfection de ses bâtiments principaux et des monuments anciens de la ville,et la construction d’un nouveau palais du trésor. Les 179, 3 millions de yuans d’investissement nécessaires à ces travaux sont entièrement versés par le gouvernement central.

2) Mausolées   
tombeaux des rois tibétains
On a découvert plusieurs tombeaux anciens dont la plupart sont de la période de Tubo ou plus anciens. 0n y trouve des vestiges de cercueils en pierre datant de 2 200 ans du district de Gonio et le tombeau du district de Nang. Le tombeau royal situé au sud-ouest du district de Qonggyai est le plus connu,le plus grand et le plus imposant. 
Le groupe est composé d’une dizaine de tombeaux des Tsampo.de ministres et de princesses du royaume de Tubo dispersés du nord au sud dans une zone de plus de 3 millions de m2 . Leurs dimensions varient,mais ils ont la forme des collines voisines. Selon les documents historiques tibétains,il y aurait vingt et un tombeaux;mais les résultats de l’investigation menée en 1 989 conjointement par le Comité  d’administration des objets anciens de la région autonome du Tibet et l'Institut de recherche archéologique de l’Université du Sichuan n’en ont révélé que onze.
Ces tombeaux en forme de terrasse sont construits de terre et de pierre. Le grand tumulus se compose de plusieurs couches de sol damé d’une épaisseur de l 5 à 20 cm chacune. À la suite de siècles d’intempéries,les tumulus en terrasse carrée dans le passé sont devenus ovales actuellement,et semblent plutôt des collines. Pour accéder au sommet du tombeau le plus grand,il faut plus de 40 minutes.
Parmi les tombeaux des rois tibétains,celui de Drigum Tsampo est le plus ancien. Selon la légende,les sept Tsampo précédents,qui étaient des anges descendus sur terre,sont retournés au ciel à l’aide d’une échelle de lumière reliant la terre et le ciel après avoir  accompli leur mission. Cependant,cette communication a été coupée lors que Dngum Tsampo et son subordonné se sont battus en duel,après quoi tous les Tsampo successifs n’ont pu monter au ciel.
Situé à flanc de colline,le tombeau de Khride Songtsam est le plus grand. La  longueur de chaque côté du tumulus carré est de 180 m et sa hauteur actuelle de 14,7m. Une paire de lions accroupis en pierre,d’une hauteur de l,65 m,montent la garde. Ils font face au tumulus,les yeux bien ouverts et l’air majestueux. Le tracé des poils ondulés du  cou est naturel et minutieux. Sculptés d’une seule pierre,ils sont pleins de vie. Ces deux  lions,dont les techniques de sculpture ont un lien évident avec celles des statuts de pierre  des tombeaux de la dynastie des Tang à l’intérieur du pays,sont les chefs-d’oeuvre de la période de Tubo. Devant le tombeau, on trouve également deux stèles funéraires composées  d’un toit,d’un corps et d’un socle. Le style de la stèle commémorant les exploits de  KhrisOng Detsan,située au nord-est de la zone de tombeaux,rappelle celui de la dynastie  des Tang. Les socles des deux stèles sont en forme de tortue.
Haut de 13,4 m,le tumulus du tombeau de Songtsan Gambo est aussi carré,et chaque côté mesure 140 m. Dans le passé,un temple surmontait le tumulus,dans lequel étaient installées des statues de Songtsan Gambo,des princesses Wencheng et Trisun,de Gar Tongtsan, de Tome Sanbozhu. Sur la paroi nord,il y avait une épitaphe. Dans la salle intérieure,on trouve des statues de Songtsan Gambo, de Sakyamuni,de Guanyin (miséricorde) et d’autres,et des objets funéraires dont l’armure en or de Songtsan Gambo, des cavaliers et chevaux en or,des statues de divinités,de l’or,de l’argent,des perles et des pierres précieuses.
Selon des documents historiques tibétains,des tombeaux des Tsampo furent détruit au cours du soulèvement des esclaves de la deuxième moitié du IXe  siècle. Cependant, la plupart sont bien conservés malgrè les tourmentes des guerres. En 1961,ces tombeaux ont été portés sur la liste des principaux sites et monuments historiques au niveau national.    

3) Vestiges d’édifices anciens
Château du royaume de Guge
L’un des principaux sites et monuments historiques placés sous la protection de l’État,le majestueux château du royaume de Guge est construit sur une montagne de loess de 300 m et bordée par le fleuve Xiangquan,dans la région de Zhaburang du district de Zanda .Le château est à 18 km du chef-lieu du district. Le fleuve Xiangquan coule vers le nord-ouest à partir de Mapam Yumco:les vestiges du château confèrent un certain mystère à cette région de vaste vallée à la terre fertile et au paysage original.
Construit au Xe siècle, le royaume de Guge était un régime local établi par la descendance de la famille royale de Tubo. Après l’assassinat de Langdarma Tsampo au Ixe siècle, le royaume de Tubo fut divisé et des guerres civiles éclatèrent l’une après l’autre. L'arrière-petit-fils de Langdarma Tsampo s’enfuit à Ngari avec ses subordonnés, où il établit le royaume de Guge. Ensuite, ses trois fils et leur propre descendance regnèrent respectivement sur les royaumes de Guge,de Ladake et de Burang. Le royaume de Guge a connu une histoire brillante et sa sphère de domination comprenait non seulement toute la région de Ngari, mais aussi la région du Cachemire et une partie du Pakistan. En ce qui concerne sa disparition brutale,les historiens ont des opinions différentes. Pourtant,la plupart d’entre eux croient que l’enlèvement de la famille royale au palais de Guge en l635 par les Ladake a été suivi de terribles destructions et d’un effroyable massacre. Le roi de Guge, sa famille et ses subordonnés ont été captures et amenés à Liecheng,mais l’histoire n’en dit pas davantage. Le royaume de Guge est ainsi sorti de la scène.
De nos jours,on peut encore percevoir la splendeur du palais royal de Guge. Construit sur une montagne escarpée et occupant une position dominante,le château,bien desservi de passages souterrains et entouré d’une solide muraille,a l’air imposant et majestueux. D’une superficie de 720 000 m2 ,l’ensemble est composé de 445 salles,de 879 grottes,de 58 forteresses,de 4 passages camouflés et de 28 pagodes bouddhiques.Les salles construites sur le versant,en enfilade jusqu’au sommet,constituent un palais royal unique au monde.Le toit des grottes est de forme arquée. Le château se divise en palais d’été et palais d’hiver. Des tours de garde surmontent les quatre coins du mur d’enceinte. Parmi les édifices, on trouve actuellement la salle du Mandala,le Gongkang, la salle de Prière,la Saite rouge;la Salle blanche,la salle de Samsâra(Jiekulhakang),la salle de zholmalhakang et le mur de mani. À l'intérieur comme a l’extérieur abondent les objets anciens, dont céréales,outils de production,vêtements,bijoux,al'nlures,boucliers et tiges de flèches que le climat froid et sec a aidé à conserver. Dans de nombreuses grottes,on a découvert une grande quantité de cadavres sans tête naturellement momifiés. On y a découvert aussi le cadavre d’un enfant de 3 ou 4 ans enseveli dans la paroi,le premier du genre en Chine. Ce cadavre est conservé actuellement au Musée de la région autonome du Tibet
Héritant de l’art traditionnel de Tubo et absorbant la quintessence de l’art bouddhique des pays voisins comme l’Inde et le Népal, les fresques, dessins colorés,statues et sculptures sur bois du royaume de Guge ont formé leur propre charme artistique et sont considérées comme l’ « art de Guge » par les artistes chinois et étrangers. Sur une série de fresques riches en substance et représentant le paradis, le monde terrestre et l'enfer, des entités bouddhiques concrétisées par des corps humains aux postures élégantes sont le fruit d’un tracé fluide et courant. Cela est tout à fait unique par rapport aux autres fresques du Tibet. Bien que des centaines d’années se soient écoulées,ces fresques conservent encore leurs couleurs vives. Outre Sakyamuni, les rois de Guge et les princesses,la plupart des personnages des fresques de la salle des Protecteurs,située au sommet,sont des bouddhas masculins et féminins de l’école tantrique de style fort et entreprenant. Dans la partie inférieure de fresques, la douleur de l’enfer est vivement décrite. Les fresques sont bordées de plusieurs dizaines de belles et élégantes Kondorma  nues dans des postures diverses et aux manières de distinction parfaite. Parmi les fresques des salles rouge,blanche et de  Samsâra,on trouve les portraits de Sakyamuni,de Tsampo de Tubo et de son fils,du roi de Guge et de ses ministres. Sur le plan de la valeur tant esthétique qu’artistique,ces fresques peuvent soutenir la comparaison avec celles de Dunhuang.Les statues ont également leur propre style:elles sont de petite dimension mais les sculpteurs ont étiré en hauteur les proportions du corps humain pour donner une impression de majesté. Les avant-toits sont décorés de sculptures en bois de lions,d’éléphants, de chevaux. De dragons et de paons. La ceinture du château,un ouvrage de défense,est vraiment un trésor artistique de statues de pierre où se fondent les fonctions de guerre et l’art sculptural. On compte 4 502 sculptures d’idoles et sculptures sur pierres mani avec des soutras et incantations en tibétain et sanscrit. Actuellement, la plupart sont tombées au pied du mur à la suite de centaines d’années d’intempéries. Cependant, avec le temps, ces sculptures ont pris une couleur qui augmente leur charme artistique. Cet endroit est en réalité un grand musée de sculptures sur pierres mani. On peut y trouver aussi deux sortes de sculpture sur galets : martelée et tracée.

Palais Qingwa Darze     
Il s’agit d’un ensemble de palais pour les Tsampo de Tubo. au sommet du mont Qingwa Darze et au bord du fleuve Qonggyai. La tribu Yalong vivait dans la région autour de Qonggyai et les Tsampo successifs habitèrent dans des villages de cette région. On peut donc dire que cette région était l'ancienne capitale des premières années de Tubo. Selon les documents historiques tibétains,le palais Qingwa Darze avait été construit sous le règne de Pude Gunggyai (9e Tsampo), et les cinq Tsampo suivants y ont égalent  “‘construit leur propre palais,formant ainsi un ensemble appelé“six palais royaux Qingwa” ou plus simplement“palais Qingwa Darze”.Actuellement,cet ensemble de palais et les murs reliant tous les châteaux existent encore. La position dominante et défendable et le relief abrupt lui confèrent une évidente signification militaire•   
Sur la paroi de l’extrémité du mont Qingwa Darze,on trouve deux groupes de sculptures sur pierre dont la date est inconnue. ll y a 56 sculptures de personnages dont des bouddhas,des bodhisattvas et des protecteurs d’une dimension de 20 cm à 3 m;la plupart des écritures gravées concernent les“paroles efficaces”du tantrisme,et sont devenues illisibles à cause de l’érosion éolienne et pluviale.

Palais royal Jiama
Situé à Jiamagou,au sud du district Maizhokunggar,le palais Jiama a été le centre d’activité de la cour royale du royaume de Tubo pendant un certain temps•
Au VIe siècle, le père de Songtsan Gambo a pris d’assaut la région de Jiama appartenant à Subi et y fair construire le palais Jiama Mingjiulin,où est né plus tard Songtsan Gambo,et le palais Tuige,qui avait servi de capitale du royaume de Tubo avant le transfert à Lhassa. Le magnifique palais Jiama Mingjiulin fut construit sur le versant de bas en haut. Sur les vestiges du palais,on a découvert des traces de rues anciennes.
Sous la dynastie des Yuan fut mis en place l’organe militaire Wanhu de Jiama,l’un des treize organes du même niveau du Tibet. La résidence du chef du Wanhu est appelée Dalais royal Jiama : on n’en voit que des vestiges aujourd’hui. En 1640,le chef du Wanhu de Jiama est entré en guerre contre les Mongols de Gushi,amenés par la lignée Gelug,et de nombreux édifices ont été détruits,y compris la résidence du chef de Wanhu. On trouve aujourd’hui plusieurs vestiges de forteresses et de châteaux construits au temps des Yuan et des Ming, et on y a découvert de nombreux objets anciens. D’une épaisseur de plus de 2 m, les grands remparts entourés de fossés du manoir du grand aristocrate tibétain Horkang sont grands et solides.

4)Manoirs d’aristocrates
Les anciens manoirs des aristocrates du Tibet bien conservés jusqu’à nos jours ne sont pas nombreux. Aujourd’hui, on ne trouve que les manoirs Paglag et Namsailing,et le palais royal Lhagyari.

Manoir Paglag
Il se trouve dans le village Banjor Lhunbo,au bord de la rivière NyangQu et à 4km au sud du bourg de Gyangze. La famille Paglag était une famille aristocrate puissante renommée dans l’histoire moderne du Tibet. Cinq membres de cette famille ont assumé les fonctions de galoin du gouvernement local tibétain. Cette famille est donc considérée comme une des huit familles aristocratiques du Tibet.Rien qu’au Tibet postérieur,la famille Paglag possédait vingt-cinq manoirs agricoles et huit manoirs pastoraux d’une superficie totale de 667 hectares, et 7 000 têtes de bétail ainsi que 3 000 serfs et esclaves.
L’édifice principal du manoir des Paglag est un bâtiment de trois étages avec cour. Actuellement,un grand nombre de photos et objets concernant cette famille y sont exposés. Les articles d’usage courant et de luxe, les divers instruments servant à torturer les serfs et esclaves,ainsi que les huttes habitées par les esclaves à l’opposé des luxueuses maisons de leurs maîtres nous laissent une profonde impression sur le Tibet du passé.
Maintenant, les paysans du village de Banjor Lhunbo, qui étaient tous serfs ou esclaves du maître Paglag,ont construit leurs propres maisons qui sont aussi luxueuses que celles de leurs anciens maîtres,si bien qu’à première vue,les touristes ne peuvent distinguer la maison de l’aristocrate au milieu des maisons du village.
Actuellement, le manoir des Paglag est désigné par les autorités de la région autonome du Tibet comme centre de formation au patriotisme;il est également le principal site historique de la préfecture de Xigaze.

Manoir Namsailing
Les édifices du manoir construit sous la dynastie des Ming sont encore relativement complets. Situé dans le canton de Zhanang du district du même nom et face au monastère de Samye de l’autre côté du Yarlung Zangbo, le manoir est a 25 km du bourg de Zetang.
L'édifice principal est un bâtiment de sept étages. flanqué d’un édifice secondaire et de salles sans étages,4curies.moulins,teintureries,salles de filature,forteresses et prisons Actuellement. ce manoir est le principal site historique de la préfecture de Shannan.

Palais royal Lhagyaria
En bon état et situé au sud du chef-lieu du district de Qusu,il appartenait au roi de la Loi (Dharma)Lhagyafi et était le siège de son pouvoir.
Au Xe siècle.certains aristocrates du royaume de Tubo ont amené les deux petits-fils de Langdarma(dernier Tsarnpo du royaume de Tubo)dans la région de Gyari,où ils ont fait construire respectivement le royaume de Yalongjuewo et le monastère de Gyari et ont décrété que leur palais royal serait « Lhagyari ». En tibétain. « lha » signifie « divinité ». Plus tard, cette famille royale s’est liée à la force bouddhiste des monastères et se disait  « roi du Dharma ». Sous les dynasties des Yuan et des Ming,soit sous les régimes Sagya et Pagmotru,le roi du Dharma Lhagyari a gardé relativement son indépendance politique. Au début de la dynastie des Qing,les monastères de Lhagyari se sont convenis au Gelug-pa et le 5e dalaï-lama a reconnu le pouvoir héréditaire du titre du roi du Dharrna Lhagyari et lui a permis de continuer à gouverner cette région.
Le pains royal était magnifique,les deux salles Lhaxiqunzong et Gandainlhaze sont bien conservés. Les deux bâtiments de cinq étages d’une superficie bâtie totale de 5 000 m2 se trouvent au nord de la salle Gandainlhaze, respectivement à l’est et à l’ouest :ils étaient les lieux principaux où vivaient et taitaient les affaires politiques les membres de la famille royale et les fonctionnaires. Faute de restauration, les deux bâtiments n’ont plus que trois étages actuellement. Sur toutes les colonnes et poutres,on trouve des sculptures et peintures colorées et splendides avec des dessins de tête de lion,de ruyi en perles(un objet ornemental et porte-bonheur en forme de S),de nuages,de fleurs et d’écritures ornementales, qui ont été peints à la poudre d’or. Le sol fait de terre agya d’une épaisseur de 8 cm est solide et poli. La construction de ces édifices, surtout le linteau de porte et le dougong(un système de consoles insérées entre le haut d’une colonne et une traverse),témoigne du style de construction ancienne du bassin des cours moyen et inférieur du fleuve Jaune.

Constructions anciennes
il y a trois clients voyagés 0 maintenant.
Rechercher votre voyage au Tibet
Voyage au Tibet sur mesure
Nous sommes des spécialistes des voyages et circuits sur mesure. Notre équipe vous aidera à concevoir gratuitement et à organiser votre voyage de rêve au Tibet.
Lettre de remerciement
Danoe is one of the best guides I ever had in the time I travelled around the world for his excellent guide, euthusiasm and passion to service delivery. He was beyond expection for caring about our health and interest. He has shown a high level of professionalism and enthusiasm.
The driver Norbu was very cooperative and professional. The road condition was quite bad but that was for him to show his excellent skill.
Sur voyageautibet.com
Contacter voyageautibet.com
Email: voyage@voyageautibet.com
Tel: 0086-28-85540220
AGB
Voyage sur mesure au Tibet
Liens avec voyageautibet.com
Voyageenchine.com
Voyageausichuan.com
Self-driving.cn
Nous acceptons
     
Voyageautibet.com – votre expert local de voyage et trekking au Tibet
Voyage au Tibet • Voyages au Tibet • Tibet Voyage • Randonnée au Tibet • Voyage de Kailash • Kailash Voyage • Randonneé de Kailash • Kailash Trekking • Self-Drive au Tibet • Voyage en Self-Drive au Tibet
Bienvenu au voyageautibet.com, un expert de voyages,trekking et self- driving au Tibet. Nos riches expérences de voyage et trekking au Tibet datent de 1994, en 1994 nous avons organisé le premier voyage de découverte au Tibet; dans la même anneé nous avons arrangé le premier voyage de Kailash; en 1995 nous avons organisé le premier voyage en self driving... jusqu’ à maitenant, nous avons beaucoup de clients qui sont satisfaits de leur voyage, trekking et randonnée au Tibet et ont apprécié de nos services de haute qualité. Greatway Tour vous offre des services de guide détaillé au Tibet, des informations pratiques, des permis d’entrée au Tibet, de culture tibétaine et des attractions au Tibet.
Copyright © Voyageautibet.com